Nos emballages c'est le top !

Depuis la création du Snatch Français nos valeurs nous guident vers une seule ligne de conduite : mesurer l'impact de notre activité sur la planète. Nous faisons constamment un feed-back sur les solutions que nous apportons et comment nous pouvons les améliorer un peu plus chaque jour.

Etant une marque majoritairement présente sur Internet, de nombreux colis sont envoyés chaque jour créant ainsi un impact négatif sur notre environnement.

Tant que nous n'incorporons pas la livraison par drone (attention le bruit et les embouteillages dans le ciel) ou par cigogne (nos produits sont comme vos bébés, non ?), nous souhaitons intégrer le packaging le moins polluant et le plus écoresponsable possible à nos produits.

Pour comprendre comment notre chemin nous y amène il faut analyser plusieurs points :

- Comment réduire au maximum notre impact sur l'environnement ?

- Pourquoi ne pas prendre des emballages "classiques" comme le carton, le plastique ou les sacs de polymail traditionnels ?

Les emballages plastiques, plaie pour la planète

On le sait et ça depuis longtemps, le pastique tue.

La plupart du temps, lorsqu'un client d'une marque achète un vêtement, il le reçoit dans une pochette plastique en PEBD : du polyéthylène basse densité.

Le polyéthylène (PE) de base, est le polymère le plus répandu dans le monde, 85Mt produites/an. On peut donc imaginer à quel point il pollue lors de sa fabrication ; voici les petits (gros) chiffres de la désastreuse production de PEBD :

Sa fabrication demande de l’énergie, ce qui émet 1870 kg/tonne de gaz à effet de serre.On ramène ça au nombre de tonnes produites par an : ça fait beaucoup, beaucoup, beaucoup trop de rejet de CO2 pour un emballage qui en plus va se détériorer dans 150 à 300 ans.

Mais le vrai problème, c'est quand on regarde la fin de vie des emballages plastiques. Et ça c'est pas jojo :

Selon la WWF , 80 000 tonnes de déchets plastiques sont perdues dans la nature chaque année dans le pays. L'occasion de se demander ce que fait la France de ces millions de tonnes de déchets plastiques.

En plus de ça, les techniques pour faire "disparaître" ces plastiques ne sont pas du tout adaptées à la préservation de l'environnement et/ou à baisser l'impact carbone.

Ces techniques ne prévaleront jamais celles d'un recyclage sain et adapté.

Mais du coup, qu'en est t-il du recyclage ?

Pollution plastique Le Snatch Français

Le recyclage, minoritaire

Un seul indicateur détaille les traitements des déchets plastiques en France. C'est L'Eurostat.

Et selon cet indicateur, la France est loin, très loin d'être un élève modèle du recyclage plastique. En 2016 (derniers chiffres en date), la France recyclait 26,2 % de ses déchets plastiques.

Un faible taux qui s'explique avant tout par une réalité méconnue : tous les plastiques ne sont pas recyclables.

En effet le recyclage du tout plastique est un mirage. La plupart des plastiques utilisés aujourd'hui sont très durs à recycler et coûtent très cher lors du processus de recyclage.

Bilan des courses : seuls les plastiques de type bouteilles en PET (polyéthylène téréphtalate) – qui ne représentent qu’un pourcentage très faible des plastiques consommés – peuvent se plier aux contraintes du recyclage en boucle fermée et être régénérés pour une utilisation identique. 

Bonnes nouvelles, c'est ceux que nous utilisons pour notre production de shorts !

Mais tout cela reste très bien détaillé dans cet article que nous vous invitons à aller voir.

Et quand est-il des cartons ?

Bah ce n'est pas beaucoup mieux. Et on t'explique pourquoi :

Premièrement, savais-tu que le papier et le carton avaient une composition similaire ? La seule chose qui les différencie c'est leur grammage (c'est quoi ça encore ?) ; c'est le nombre de gramme par m² de matière.

En conclusion, le carton et bah c'est du papier un peu plus épais.

Et comme on le sait tous, le papier c'est de la cellulose, cette fibre végétale que l'on trouve surtout dans le bois. Donc qui dit carton ou papier dit malheureusement : abattage d'arbre (voir même déforestation)

bois

 

En plus de ça, les processus de transformation du bois en papier ou en carton nécessitent énormément d'énergie donc émettent des gazs à effet de serre : 964kg/tonnes de CO2 rejetées.

Mais tout n'est pas noir (oufffff)

Opter pour les cartonnages incite à utiliser de l’énergie renouvelable :

Plus  de 50 % (55,5 % en 2008) de toute l’énergie primaire utilisée par l’industrie européenne du papier et du carton est issu de la biomasse, avec des sous-produits du bois qui fournissent une énergie renouvelable. Cette dernière se présente sous forme d’électricité et de vapeur pour les processus de fabrication.

En fin de vie, les cartonnages peuvent facilement être utilisés pour la récupération d’énergie. L’électricité et la chaleur produites par l’incinération de cartonnages peuvent servir à remplacer les sources d'énergie d'origine fossiles.

Mais du coup, pourquoi ne pas utiliser du carton ?

Parce qu'on a trouvé encore mieux (et ça c'est le 🔥) 

Le sac de Polymail biodégradable certifié OK COMPOST. 

Ok mais c'est quoi ? 

Nos sacs en polymail biodégradable sont fabriqués à base d’amidon. Il s'agit d'une fibre compostable qui répond aux exigences du label «OK Compost». C'est une solution 100% biodégradable et superbe pour remplacer notre ennemi le plastique.

BIODÉGRADABLE ET RÉSISTANT AUX INTEMPÉRIES

La biodégradabilité ne compromet pas l'intégrité. Eh oui, contrairement à du carton ou du kraft, il ne subit pas les foudres de mère nature lors de son acheminement. (Encore mieux si tu veux un t-shirt tout sec à l’arrivée)

Et le label OK COMPOST, alors ?                           icon packhelp - matériau biodégradable

Le label OK compost certifie la conformité des bioplastiques à la norme européenne EN 13432 qui atteste de la biodégradabilité des produits de 90 % en 6 mois dans des conditions de compostage industriel.

Il garantit donc la quasi-totalité de la transformation de l'emballage en compost. C'est bien pour nous et encore mieux pour la Terre. 

La différence entre un emballage biodégradable et un emballage compostable :

Par définition, les matériaux biodégradables sont composés de déchets d’organismes vivants. Ainsi, les produits en papier, en feuilles de bananier, en bambou, en fibres végétales et en résidus alimentaires sont des exemples d'éléments pouvant être biodégradables, ce qui signifie qu'ils se décomposent dans une décharge.

Si les produits compostables sont toujours biodégradables, l'inverse n'est pas toujours vrai. Les emballages compostables peuvent être décomposés en un cycle de compostage industriel, mais enrichiront le sol et fourniront un lieu fertile pour la croissance d'autres plantes. L'enrichissement de la qualité des sols est important car cela affecte considérablement notre production alimentaire, une nécessité en raison de l’augmentation de la population mondiale,

Ce qui est décrit comme «compostable» ne signifie pas qu’il se décomposera tranquillement sur le bord de la route.

S'assurer que les produits ne pas simplement recyclables mais «conçus pour le recyclage» est essentiel si nous voulons récupérer davantage de nos ressources.

 

Bilan de tout ça :

- Pour les émissions de gaz à effet de serre, notre emballage à base d’amidon de maïs est biodégradabl et convient parfaitement à une marque de prêt à porter comme la nôtre. 

- Il ne faut donc pas confondre compostable et biodégrable qui sont souvent pris pour des synonymes.. En effet si les produits compostables sont toujours biodégradables, l'inverse n'est pas toujours vrai.

- On le sait tous, le mieux ce n'est pas d'emballage.. Peut-être pour bientôt, who knows ? 

 

 

- Le Snatch Français


Laisse un commentaire !